Test you jeu Project Zero : Le Masque de l'Eclipse Lunaire

Test you jeu Project Zero : Le Masque de l’Eclipse Lunaire

Réclamé de longue date par les nombreux adeptes de la franchise horrifique de Tecmo, le quatrième volet de la Project Zero series daigne enfin s’offrir un passeport pour l’Europe… 15 ans après sa sortie initiale sur Wii au Japon.

Si les plus fervents adorateurs de Project Zero n’avaient pas hesité à se lancer à la découverte du quatrième volet en import lors de sa sortie sur Wii en 2008, la grande majorité des joueurs ignore à little près all de cet épisode… Sinon qu’il s’agit de l’un des chapters les plus recommended de la series. Mais quinze ans d’attente pour un jeu dont nous avions été injustement privés à l’époque, ça fait tout de même très long. Alors l’idée meme de pouvoir enfin y jouer dans un remastered entity localized and adapted aux machines current est une chance que ne manqueront pas de savorer les inconditionnels de la licence. Reste à savoir si la formule prendra aussi bien auprès des autres.

sommaire

  • Project Zero 4, quinze ans après !
  • Le remaster d’un épisode inédit hors du Japon
  • Le syndrome selenite et autres atrocités
  • La peur selon Project Zero
  • A formule date?
  • Le rêve du passe-muraille

Project Zero 4, quinze ans après !

Project Zero : Le Masque de l’Eclipse Lunaire beneficiary of a translation complete in notre langue et conserve son doublage original Japanese, element fondamental pour assurer une immersion credible dans son univers. Sachant que les fils narratifs de cette sombre histoire se démêlent principalement via les notes de carnets recueillies au gre de la progression, le fait que les textes soient traduits en français est un atout majeur pour ce remaster. Car, si l’aventure comporte comme toujours son lot de cinematiques glaçantes, les notes récupérées ça et là restent essentiales pour nous aider à comprendre le passé des différents personnages que l’on incarne au fil des chapters. Plusieurs individus jouables vont ainsi se passer le relais dans ce quatrième opus qui n’oublie pas non plus de convoquer plusieurs références temporelles afin d’épaissir au maximum son mystère autour d’inquiétantes disparitions liées à l’histoire de nos protagonistes.


Le remaster d’un épisode inédit hors du Japon

Outre sa traduction française impeccable, le remaster de ce quatrième volet a benéficié d’un grand dépoussiérage… sur le plan visuel. Nous reviendrons un peu plus loin sur le peu d’évolutions concernant le gameplay mais voyons déjà en quoi l’aspect graphique du titre a été modernisé. Prenant en compte les capacités techniques propres à chaque support, Project Zero : Le Masque de l’Eclipse Lunaire compense le gouffre des 15 années passées en proposant des cinématiques et des modèles de personnages actualisés. Un travail all particulier a été effectué au level du rendu des ombres et des effets lumineux pour enforcer l’ambiance pesante et glauque qui caracterise la series depuis ses debuts. Le faisceau de la torche spiritual, par example, a été amélioré, et on peut dire que l’immersion est immédiate sur le plan sonore et visuel. Malgré tout, l’évolution graphique par rapport à la version d’origine n’est pas aussi significant qu’on aurait pu l’espérer avec 15 ans d’écart.

15 ans après, the reference of jeu d'horreur arrives in France15 ans après, the reference of jeu d'horreur arrives in France

Le cachet à la fois réaliste et surnaturel de la franchise s’avère nependant toujours aussi efficace qu’à l’époque des premiers volets de la serie et la peur est bien presente du début à la fin de l’aventure. Un new mode Instantané a d’ailleurs été implemented pour nous permettre d’immortaliser les scenes de notre choix, à n’importe quel moment de la partie, avec de nombreuses options de personalization. Enfin, des costumes supplémentaires sont à debloquer en plus de ceux presents dans la version d’origine, ces derniers ayant subi quelques modifications.

15 ans après, the reference of jeu d'horreur arrives in France15 ans après, the reference of jeu d'horreur arrives in France

Le syndrome selenite et autres atrocités

Si l’ambiance est le point fort de Project Zero : Le Masque de l’Eclipse Lunaire, c’est davantage en raison de la qualité de sa mise en scène que de la clarté de son scénario qui joue sur plusieurs chronologies distinctes. Le choix des lieux impliqués dans l’histoire donne all de suite le ton. A psychiatric clinic for young adults with points of the sensory faculties et atteints d’un mal mystérieux lié aux phases de la lune… Un pavillon qui n’est que le prolongement de cet enfer et qui dissimule des affaires sordides… Au great des découvertes morbides faites par les différents individualus que l’on control, on s’adventure toujours plus profundity in the horror.

On the back of the festival ancestral japonais, the intrigue of the adolescent revenge on the island of Rogetsu, the theater of mystérieuses disparitions en lien étroit avec un passé oublié. Déjà impliqué dans la résolution d’une affaire de meurtres étranges, und detective privé va tenter lui also de lever le voile sur ce qui se passe réellement à Rogetsu. C’est bien cette combinaison de trames narratives entremêlées qui fait le sel de cet épisodeexigent une vraie concentration de la part du joueur.

15 ans après, the reference of jeu d'horreur arrives in France

La peur selon Project Zero

Au debut des années 2000, alors que le survival horror ne proposait encore que quelques rares alternatives à resident Evil etc Silent Hillthe series de Tecmo a su se faire une place de choix auprès des amateurs du genre en misant sur la fragilité extreme de ses personnages. With an apparel photo like you are arms, you will discover another face of the frenetic in a video, délaissant l’action au profit de l’immersion pure. Il faut dire que “la peur” selon Project Zero ne réside pas seulement dans ces jump scares qui surprising parfois au premier plan. On la ressent de manière omniprésente à travers ces visions fugaces d’individus psychiquement torturés ou ces sonorités grinçantes qui proviennent d’on ne sait où (et d’on ne sait quoi)… À d’autres moments, le malaise résulte du grain de l’image qui s’épaissit subitement et se ternit à l’approche d’un danger vraiment sérieux, ou de cette main toujours prête à vous saisir lorsque vous tentez de ramasser un objet… au risque de le voir disparaître à jamais.


A formule date?

Si l’empreinte de la série, calquée sur les reférences de l’horreur à la japonaise (Ring et consorts), n’a rien perdu de son efficacité, elle reste cependant atrocement ancrée dans le passé. En 2023, seuls les inconditionnels de la franchise accepteront sans ciller de lui pardonner son gameplay d’un autre âgerattaché à une époque ou la lenteur des déplacements pouvait encore constitute a solution valid afin d’épaissir artificiellement l’angoisse dans un survival horror. Mais voir resurgir ce remaster d’un titre conçu initialement en 2008, le meme mois que la refonte ambitieuse de Resident Evil 4, nous laisse forcement un goût amer quant à ce qu’aurait pu donner un Project Zero aux controls réellement modernisés.

15 ans après, the reference of jeu d'horreur arrives in France

On a beau savoir que le principe meme de la série réside dans la vulnérabilité de ses protagonistes armés d’un simple appareil photo alors que les fantômes peuvent surgir de n’importe où en traversant les murs, on ne peut s’empêcher de regretter cette impression de lourdeur excessive dans les déplacements tant elle tranche désormais avec les standards actuels. Même en jouant sur la sensibilité de la camera et en activant les fonctions gyroscopiques (ce test a été réalisé sur la Switch version), the ensemble manque toujours de réactivité pour ne pas s’avérer frustrant dans des environnements aussi étroits. Les personnages font presque du surplace lorsqu’ils courent et l’indicateur d’alarme ne suffit pas toujours à deviner d’où vont jaillir les spectres, surtout lorsqu’ils sont plusieurs, alors que l’on dispose déjà de si peu de moyens pour s’en sortir.


Le rêve du passe-muraille

La logic de la serie reste inchangée et il convient toujours d’économiser au maximum les pellicules les plus efficaces en vue des “boss”, tandis que les pierres d’amélioration de la camera obscura doivent être réparties avec soin afin d’optimiser son efficacité . On advance donc pas à pas pour être sur de rien laisser derrière soi, et surtout pas ces different lentilles (or objectifs) aux effets précieux à équiper sur l’appareil photo. Il en va de meme pour la torche spiritual qui replace la camera obscura à certain moments du jeu mais qui fonctionne de manière analogue. Tout est fait pour que l’on ressente en permanence notre extremely vulnérabilité, et tant pis si celle-ci est due essentialement à la lenteur exagérée de nos déplacements.

Car, trop fréquemment, le jeu nous coince dans des pièces ou des couloirs si exigus qu’ils ne nous laissent meme pas trois mètres d’espace pour bouger alors que les fantômes se moquent bien des barrieres physiques que representative notre environnement. Tout cela nous fait fatalement sortir de l’experience et met un little à mal the ensemble des efforts d’immersion realized on the plan de la mise en scene pure. Sachant que la progression s’étale sur une douzaine d’heures de jeu environ, cela pourrait en décourager certains. Des contraintes qu’il vaut donc mieux connaître et accepter avant de se lancer dans l’aventure, tout comme l’absence de checkpoints et d’autres éléments tout bêtes qui auraient pu permettre de dépoussiérer sensitivement l’expérience offerte par ce survival horror à l’ancienne, calibré uniquement pour les nostalgiques.

Conclusion

points continued

  • A major episode is available in Japan
  • Des améliorations notables sur le plan visuel
  • The sensation of pain and vulnerability is omnipresent
  • An experience de jeu authenticique qui a toujours ses fans
  • The function gyroscopique optionnelle mais bienvenue (testée sur Switch)
  • Démêler les fils du passé en contrôlant plusieurs personnages
  • Le fait d’alterner between the camera obscura and the spiritual torch
  • La localization impeccable (textes français, voix japonaises)
  • L’ajout d’un mode Instantané pour la prize de photos
  • De nouveaux costumes available

Points weaknesses

  • Il serait temps de penser à assouplir et moderniser the gameplay
  • A logique de progression qui paraît elle also datee
  • The excessive length of the displacements and the rigidity of the controls
  • A rapport de force deséquilibré face aux spectres qui traversent les murs à 360°
  • Toujours pas de checkpoints in cas d’échec
  • Pas de version physique pour la France

L’arrivée inespérée d’un épisode inédit de Project Zero, 15 ans après ses débuts au Japon, dans a version retravaillée et traduite en français a beau nous réjouir au plus haut point, elle met surtout en évidence l’urgence de moderniser le gameplay de la series. En l’état, ce remaster s’adresse donc uniquement aux inconditionnels de la franchise qui attendaient depuis long temps une occasion de découvrir ce quatrième opus.

L’avis des lecteurs

Don’t hesitate to tell me about it!

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *